« Des actions, pas des discours »

Voici l’article publié dans le « W mag » de cet hiver. J’ai l’espoir que, grâce à cette parution, de plus en plus de personnes seront informées de nos actions et viendront s’y joindre. Si vous n’avez pas eu le journal des communes de Wissembourg – Weiler – Altenstadt ou que vous souhaiteriez faire passer nos idées, je vous propose à nouveau ce texte.

« Cette expérience a changé quelque chose dans ma tête. (…) Tout ce que je fais, c’est penser à la prochaine chose positive à faire. » Nick Green, jardinier des Incroyables comestibles.

Répondre aux défis planétaires

En mars dernier, le ciné-club a projeté le magnifique documentaire Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Le film commençait par un constat sans appel : ce qui fait la vie sur Terre se dégrade si vite qu’il nous faut changer nos modes de vie au plus vite – en 20 ans tout au plus. 20 ans pour offrir un avenir à nos enfants et petits-enfants ! Heureusement, le film présentait ensuite 1h30 de solutions déjà applicables dans le monde entier.

Après cette séance, beaucoup de gens se sont demandés ce qu’ils pouvaient faire à leur niveau. C’est à ce moment qu’est né le collectif. De 7 personnes lors de la première réunion en avril, nous sommes passés à 19 pour préparer la projection du film « Qu’est-ce qu’on attend ? » de Marie-Monique Robin en juin. En juillet et en août, chaque nouvelle rencontre a attiré une trentaine de personnes. Avec cette simple question : « Par quoi je commence ? » pour répondre aux challenges qui se présentent à nous.

Une éthique et un mode de fonctionnement

Le collectif a un but très simple : rendre notre lieu de vie plus bienveillant, plus vert, plus fort. Rendre le lieu plus bienveillant et plus vert, c’est l’éthique de la permaculture : « Prendre soin des humains et prendre soin de la Terre ». Les deux doivent être toujours associés car soutenir l’un sans l’autre, c’est nous blesser nous-mêmes. « Rendre le lieu plus fort » signifie agir pour notre communauté – une communauté à prendre au sens de « tous ceux qui vivent ici et maintenant ».

Nous nous appuyons sur les cinq thématiques du film Demain : l’agriculture / alimentation, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation pour faciliter et accélérer la transition. Ainsi, le logo du collectif a-t-il cinq branches.

Il existe déjà, bien sûr, des associations qui visent les mêmes objectifs : Association des apiculteurs, Epicerie sociale, Association des arboriculteurs, Terre et Saveurs d’Outre-Forêt, pour n’en nommer que quelques-unes. Notre collectif et son site sont comme un lieu d’échanges : celles et ceux qui ont le désir d’agir pourront y trouver des personnes motivées, des savoir-faire, des lieux pour se retrouver, des évènements pour célébrer. Enfin, nous appelons de nos voeux une dynamique forte : que les citoyen-nes travaillent main dans la main avec les élu-e-s et les technicien-ne-s de la ville. Tous nos rôles sont complémentaires : nous avons, comme communauté, la possibilité d’agir ensemble pour un avenir réjouissant. Nous avons, comme habitant-e-s, la chance de pouvoir nous impliquer dans l’évolution des choses, dès lors qu’elles prennent soin des humains, de la Terre et renforce notre communauté.

« Des actions, pas des discours »

C’est un des fondements du collectif, emprunté aux Incroyables Comestibles : nous savons tou-te-s qu’il est temps d’agir. Alors, chacun-e pourra trouver sa façon de s’engager : si vous avez des idées et du temps, créez votre initiative, lancez des appels ; si vous en manquez au contraire, vos idées, vos encouragements soutiendront la dynamique. Que vous ayez des connaissances ou non, en jardinage, en économie, en éducation, en énergie, en techniques démocratiques, vous êtes bienvenu-e-s pour donner un coup de main ou mener un projet.

Quelques exemples d’actions lancées cette année :

  • Favoriser les modes de déplacements doux avec « Vélo en ville ». « Nous savons qu’il est important pour l’inclusion sociale, pour nous sentir en sécurité que nous puissions nous connaître, nous côtoyer […]. Dans les villes, nous pouvons être au contact de la diversité, être près des choses, apprendre les uns des autres. […] Cela donne une ville plus vivante, plus durable, plus saine. » Jan Gehl, architecte et urbaniste danois, interviewé dans Demain.

  • Créer « Wissembourg comestible ». Saviez-vous qu’un caddie de supermarché comptabilise 200 000 kms ? A l’heure du changement climatique, de l’augmentation des prix du pétrole, il est temps que « notre territoire nourrisse ses habitants », comme le souligne Terre et Saveurs d’Outre-Forêt. Ainsi, des fraisiers en centre ville, des fruitiers près de l’école de l’Europe, des bacs de légumes dans la cour de l’école Wentzel ne sont plus une utopie : nous pouvons, petit à petit, répondre à nos besoins par nous-mêmes.

Beaucoup de choses sont possibles et j’espère que vous trouverez ce qui vous convient parmi tous nos projets. Je terminerai en vous livrant la conclusion de la plus longue étude jamais menée : 75 ans pour répondre à la question « Qu’est-ce qui rend les humains heureux ? ». La réponse est claire, délivrée par le directeur de cette recherche de l’université de Harvard : « Une bonne vie est basée sur de bonnes relations. » J’ai le désir que tout ce que nous mettrons en place avec le collectif favorise ces bonnes relations.

http://www.parquoijecommence.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.